Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Mouloud Mammeri, centenaire de l'inoubliable colline

Mouloud Mammeri, centenaire de l'inoubliable colline

Il est normal que le sommeil de l’algérien suive Le sommeil de la conscience nationale. Très vite, les amalgames t’ont cisaillé, Berbériste, ils ont écrit, crié haut et fort ; En 52, à la parution de La colline oubliée. Un chef d’œuvre de roman nationale, Car à cette époque il fallait « être ou ne pas être », Et tu as été une de nos voix, la voix des bouches bâillonnées Le long de la longue nuit coloniale. Pourtant déjà, dans notre colline emblématique En 45, tu nous parlais des premiers maquis kabyles qui s’organisaient, Et de cette variété de vêtements qui était le signe frappant de la bigarrure des pensées. Mais, en 52 l’idéologie sectaire sévissait et appeler à ton excommunion. Pourtant ce livre a enthousiasmé une grande figure littéraire, entre autres, algérienne et farouche anticoloniale, Kateb Yacine écrira pour te rendre hommage : Ce roman « amour » suffirait à situer son auteur comme un grand écrivain, en Algérie et dans le monde. Ta plus belle réponse à tes détracteurs, a été la parution du « Le Sommeil du juste » Un roman peignant l’atmosphère pré-insurrectionnelle prégnante Illustrée avec cette image parlante d’un de tes personnages Brûlant ses classiques de livres français. Puis à travers « L’opium et le bâton », tu entres en guerre pour la libération nationale, luttant avec fermeté contre tout type d’aliénation, Le plus beau jamais écrit dans ce genre que le cinéma a perverti, usant d’aliénation en changeant les noms des personnages kabyles Akli et Amirouche. Aux lendemains qui déchantent, Tu t’es consacré à épanouir notre culture berbère Arborant des sentiers qui semblais perdus. Tu mérites bien ce titre de chantre de culture berbère. Salués par tous, Bourdieu parlera de ton travail comme d’une odyssée Puis ta conférence sur la poésie kabyle ancienne Fut une fois de plus interdite, la dernière répression Sur ce thème datait de six ans à Constantine Mais cet avril 1980, la Kabylie en un seul bloc Se soulèvera pour défendre une culture longtemps officiellement réprimée. Ton travail en anthropologie nous a appris que l’Algérie est riche De plusieurs mémoires collectives qu’il fallait s’attelait à sortir de l’oubli Pourtant, tu nous alertais dans « Le Banquet », du drame d’un génocide culturel A travers l’exemple aztèque. Je me suis toujours demandée, si tu avais vu venir cette décennie noire que tu n’auras pas connu ; Quand en parcourant avec grand intérêt ton dernier roman « La traversée » J’ai découvert ce personnage intégriste, membre d’une secte religieuse. Oui tu auras été et restera un écrivain algérien de génie, une sommité et de surcroît complet, qui aura parlé dans son œuvre des différents pans de notre histoire… Tant de fois brimée. Tanmirt a Dda Lmulud , Tu as contribué à ce que le cas aztèque ne se reproduise pas chez toi en Algérie Nous te gratifiant d’une infinie reconnaissance. Et qu’il est doux, d’être un 26 février à Ath Yenni, à Taourirt Mimoun et de constater que ta colline veille à ne jamais t’oublier Bien que la télévision nationale n’ait diffusée ton nom que deux fois : Une fois pour t’insulter lors du printemps berbère Et une autre fois pour annoncer laconiquement ton décès. Bien que l’école algérienne veille aussi, à ne jamais te citer. Mais ils auront beau tenter de t’achever une seconde fois, en t’occultant Ils sous-estiment le poids de ce tu nous as légué, Une richesse inestimable, qu’est : « Cette certitude chevillée que quelque soient les obstacles que l'histoire lui apportera c'est dans le sens de sa libération que mon peuple - et avec lui les autres – ira. L'ignorance, les préjugés, l'inculture peuvent un instant entraver ce libre mouvement. Mais il est sûr que le jour inévitablement viendra où l'on distinguera la vérité de ses faux semblants. » Tout le reste …oui le reste n’est que littérature !

29/01/2017 Publié depuis Overblog

Tanmirt a Dda Lmulud

Il est normal que le sommeil de l’algérien suive Le sommeil de la conscience nationale. Très vite, les amalgames...

En savoir plus

28/01/2017 Publié depuis Overblog

Escales (nouvelles) : Alger, 1985, Révolution africaine; Paris, 1992, La Découverte ci-joint en PDF

Recueil de nouvelles - escales_nouvelles_mammeri_mouloud.pdf Le regard de Mourad le traversait sans le voir. —...

En savoir plus

24/01/2017 Publié depuis Overblog

Hommage de Kateb Yacine à Mouloud Mammeri

La Colline oubliée m’a enthousiasmé dès sa parution. Ce roman « amour » suffirait à situer son auteur comme un...

En savoir plus

24/01/2017 Publié depuis Overblog

Dda Lmulud Inna...

C'est en utilisant les mots dans lesquels le peuple se reconnait que vous le mobiliserez.

En savoir plus

24/01/2017 Publié depuis Overblog

Pierre Bourdieu

Le rapport de Mouloud Mammeri à sa société et à sa culture originelles peut être décrit comme une Odyssée. ( En...

En savoir plus

23/01/2017 Publié depuis Overblog

Entretien avec Tahar Djaout

Quelle fête formidable on peut faire quand plusieurs têtes entrent dans le jeu...Et quel paysage morose, aride,...

En savoir plus

22/01/2017 Publié depuis Overblog

Da L'Mulud, film de Ali Mouzaoui

Uploaded by Archives Numériques du Cinéma Algérien on 2016-03-03.

En savoir plus

14/01/2017 Publié depuis Overblog

[طه حسين ومولود معمري.. معًا في [الرّبوة المنسية Taha Hussein sous le charme de la colline oubliée !

يُعتبر طه حسين (1889-1973) أحد أبرز الكُتّاب العرب المعاصرين، لُقّب بعميد الأدب العربي، كان يتميّز إلى جانب غزارة...

En savoir plus

12/01/2017 Publié depuis Overblog

Mouloud Mammeri Préface à Chants berbères de Kabylie de Jean Amrouche

Ces vers que vous avez sucés avec le lait de Fadma At Mansour, vous avez été contraints de les rendre dans une...

En savoir plus